Le site numero 1 des rencontres extra-conjugales

Notre sélection des meilleurs sites de rencontres extraconjugales

27/02/13 - Place des sites de rencontres dans la société



Dan Slater s’interrogeait dans un article récent de « The Atlantic » sur les effets de la technologie sur les couples et la menace sur la monogamie des sites de rencontres. Le journaliste s’inquiétait alors si les gens ne faisaient plus que chercher un partenaire meilleur par simples clics et si l’accroissement des connexions sur les sites de rencontres n’est pas synonyme d’une baisse de la volonté de s’engager.

Le « New York Times » constate également que les rendez-vous galants sont délaissés par une population trop accro aux textos et chats, parlant ainsi d’une culture sans engagement. De plus, on espère toujours qu’une rencontre par internet soit immédiate et cela se confirme par les pages « spotted » sur Facebook où les étudiants envoient des courriers du cœur.

Jessica Delpirou, directrice de Meetic France, offre une vision très nette de la situation : le tiers des relations amoureuses commence sur le web et la moitié des célibataires ayant accès à internet ont déjà visité un site de rencontre. Pour le site Meetic, elle souligne les relations solides formées grâce au site en annonçant qu’un million de couples sont nés en France grâce à Meetic entre 2005 et 2010, et que 6 % parmi ceux-là se sont mariés. D’après cette directrice, ce site ne fait que remédier à un manque de contacts sociaux dans un monde où les rencontres deviennent difficiles.

Mais les promoteurs du site Gleeden sont de cet optimisme. Spécialisé dans les rencontres extra-conjugales et comptant aujourd’hui 800 000 membres, le site a débuté avec 5.000 membres français préinscrits en 2009. Selon Anne-Sophie Duthion, porte-parole de Gleeden, ce site n’est pas néfaste au couple, car, au contraire, ce site permet à certaines personnes de préserver leur union. Elle constate le besoin de passer un cap en se sentant courtisé qui n’est pas contradictoire à la vie de couple.

Le sociologue François de Singly, est de cet avis. Ce professeur à l’université Paris-Descartes a mis l’accent sur la tendance d’oublier la base de notre société qu’est la famille bourgeoise, sans amour au sein de laquelle le couple est monogame sans que la fidélité soit obligatoire. En effet, ce n’est que dans les années 1930 que l’amour sera intégré à la notion de couple.

Selon ce professeur, les sites de rencontres se fondent sur la notion affirmant que l’amour n’est pas nécessairement éternel. Pour lui, certaines personnes visitent ces sites pour de nouveaux chocs émotionnels. Ce qu’il faut se demander c’est la limite du détachement de la vie sexuelle à la vie conjugale.

Internet, c’est sûr, réduit le temps dépensé, comme le dit Anne-Sophie Duthion et cela, car les utilisateurs savent bien ce qu’ils cherchent et pour y répondre, Meetic a lancé Meetic Affinity avec des critères prédéterminés.

2011 a vu aussi la naissance de nombreux sites, soit pour, trouver des gens de même confession religieuse ou conviction politique, soit un même critère physique ou partageant une même passion.

Enfin, une nouvelle offre des sites de rencontres, c’est le réel. Meetic, devancé par Attractive World et eDarling, a lancé des soirées célibataires. Des rencontres entre célibataires sont ainsi organisées par Meetserious.